Suivez nous

Journaux

Amar Chakar : un journaliste à la conquête d’El Mouradia

Publié

le

amar chakar

Il avait déjà tenté le coup en 2014. Le revoilà candidat à la candidature pour la prochaine présidentielle. Ce journaliste qui a ouvert entre temps une agence de communication, se dit bien armé pour relever le défi…

Certains le qualifient de fou, d’autres de courageux ! Lui se dit déterminé ! Il s’agit du journaliste Amar Chakar qui va de nouveau tenter sa chance pour conquérir le Palais d’El Mouradia. En effet, celui qui s’est défini comme le candidat du peuple, a annoncé en début de semaine qu’il comptait renouveler l’aventure après celle de 2014, où il n’avait pas réussi à obtenir les signatures nécessaires pour participer à la dernière présidentielle.

«Cela a été une belle expérience pour moi, j’ai appris beaucoup de choses. Ce qui me permet d’être plus armé cette fois-ci pour récolter les signatures nécessaires est devenir le 1er journaliste algérien candidat à une élection présidentielle», affirme t-il avec détermination. Mais avant d’atteindre cet objectif le chemin est encore long pour ce candidat à la candidature.

«Je compte sur des amis des médias, mais surtout de la société civile et du monde du syndicalisme pour m’aider à récolter les 60 000 signatures nécessaires», réplique-t-il avec beaucoup de fierté.

Réseaux sociaux, l’allié d’Amar Chakar

Amar Chakar a commencé par la conquête des réseaux sociaux en créant une page Facebook qui porte le nom très évocateur de «Amar Chakar : le candidat du peuple». Elle vient s’ajouter à une autre page qu’il «travaille» depuis plus de trois ans et qui porte le nom d’«Amar, en avant 2019». Celui qui a entre temps créé sa propre boite de communication, espère par là faire partie des «outsiders» du 18 avril prochain.

«Je sais que ma mission est très difficile, mais j’espère par là soulever les consciences et ouvrir des débats sur l’avenir du pays», assure t-il. Non sans mettre en avant le fait que comme chaque citoyen algérien il est en droit de prétendre à la magistrature suprême du pays. Pour arriver à cela, il devra donc d’abord convaincre les citoyens de lui offrir leur parrainage. Sinon, cette candidature restera dans la case du burlesque…