Suivez nous

Médias

La Russie craint pour ses journalistes à Paris

Publié

le

La Russie craint pour ses journalistes à Paris

Selon le site d’information russe Sputnik, la Russie craint le pire pour ses journalistes à Paris, suite aux débordement qu’a connu la capitale française ces 3 dernières semaines.

L’acte 3 des manifestations des Gilets jaunes a dégénéré samedi dernier en affrontements avec la police, au cours desquels plusieurs journalistes internationaux ont été victimes de blessures. Parmi eux, 12 journalistes de la chaîne de télévision RT, ce qui n’a pas échappé à l’attention du ministère russe des Affaires étrangères.

«Nous appelons les autorités parisiennes à s’abstenir de tout recours excessif à la force et, bien sûr, à ne pas utiliser la force contre les journalistes, et à ne pas oublier les normes de respect de la liberté d’expression et de sécurité des activités des médias.

« Nous demandons aux Français de créer les conditions nécessaires pour assurer la sécurité des journalistes », a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, lors d’un point presse.

Elle a souligné que les journalistes ne devraient pas devenir une cible pour la police.

Lors des manifestations des Gilets jaunes qui ont agité la France ce samedi, douze journalistes de RT ont été blessés, a indiqué sa rédactrice en chef Margarita Simonian sur la chaîne Telegram. «12 de nos collègues déjà ont été blessés lors des protestations en France. Des balles en caoutchouc, des pierres, du gaz lacrymogène. Déjà douze et il ne s’agit que de nos journalistes», a écrit Mme Simonian.

Lucas Léger, reporter de RT France présent aux Champs-Elysées le 1 décembre pour couvrir la manifestation des Gilets jaunes, a été blessé au bas du visage par un projectile.

Dans une déclaration  à RT France, Lucas Léger décrit comment il a été touché par un projectile «qui venait des CRS». «Je pouvais être identifié comme un journaliste», précise-t-il.

Pour rappel, le mois de novembre dernier, le ministère russe des Affaires étrangères russe se disait choqué par les propos du porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux, qui a déclaré que Sputnik et RT France ne sont pas des organes de presse et les a accusés de faire de la propagande.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.