Suivez nous

Médias

Des matinales radio très masculines

Publié

le

matinales radio

Pour analyser les inégalités médiatiques de genre en Algérie, Medias dz s’est intéressée aux invités de l’émission « l’invité de la rédaction » animée par Souhila El Hachemi, et de l’émission « l’invité du matin » (ضيف الصباح) d’Amine Saadi, diffusées quotidiennement entre 8h20 à 8h45 sur les ondes de la radio chaîne 3 et de la chaîne 1, relevant toutes les deux de la radio nationale algérienne.

A partir des informations disponibles sur le site internet de la radio nationale, Medias dz a recensé les invités de ces deux matinales radio qui se sont déroulées entre le 25 octobre et le 13 novembre 2018. En procédant à un relevé des invités de ces deux émissions, le résultat suivant est obtenu.

L’invité de la rédaction de la radio chaine 3 :

  1. Madame Samira Djaider – DG de l’ANSEJ, le 13 novembre 2018
  2. Mohamed Skander président jil fce le 12 novembre
  3. Farid Benramdane conseiller ministre éducation le 11 novembre
  4. Abderezak Mekrebi directeur du matériel et de l’attraction a la SNTF le 10 novembre
  5. Abdelwahab Ziani président fédération agroalimentaire le 07 novembre
  6. Gilles Manceron auteur et historien le 06 novembre
  7. Kheiredine Zetchi Président de la FAF le 05 novembre
  8. Ali Bey Naceri président ANEXAL le 04 novembre
  9. Nouredine Yassa DG énergies renouvelables le 31 octobre
  10. Smail Chikhoun président conseil affaire algéro américain le  30 octobre
  11. Mohamed Iguerb commissaire adjoint du Sila le 29 octobre
  12. Yazid Benmououb DG bourse d’Alger le 28 octobre

Il faut remonter à l’émission du 16 octobre 2018, soit près d’un mois, pour retrouver une invitée femme, la  professeur Meriem Hind Ben Mahdi, directrice de l’école nationale d’alimentation et industries alimentaires.

 Pour l’émission  ضيف الصباح  de la chaîne 1 c’est le même constat :

  1. عضو لجنة المالية والميزانية بالمجلس الشعبي الوطني والنائب عن جبهة التحرير احمد زغدار في 13 نوفمبر
  2.  مدير النوعية و الإستهلاك بوزارة التجارة السيد سامي قلي في   12 نوفمبر 2018
  3.  الاعلامي و الكاتب السياسي سامي كليب في 11 نوفمبر
  4. الكاتب و المؤرخ  Gilles Mancerons في 10 نوفمبر
  5.  رئيس النقابة الوطنية للمهندسين المعتمدين في الهندسة المدنية و البناء السيد حجراس عمر في 07 نوفمبر
  6. المستشار في الترويج الإقتصادي و منظم صالون منتوج بلادي السيد عمر عمراني في 06 نوفمبر
  7. رئيس المنظمة الوطنية لناشري الكتب السيد مصطفى قلاب ذبيح في 05 نوفمبر
  8. رئيس الجمعية المهنية للبنوك و المؤسسات المالية ABEF و الرئيس المدير العام للبنك الوطني الجزائري السيد عبود عاشور في 04 نوفمبر
  9. الامين العام السابق لاتحاد المؤرخين الجزائريين و عضو المجلس العلمي للمركز الوطني للبحث في التاريخ العسكري بوزارة الدفاع الوطني، الاستاذ الدكتور مناصرية يوسف في 31 أكتوبر
  10. السيد محمدو ولد سيدي عضو الهيئة الموريتانية التنفيذية للاتحاد الوطني لارباب العمل و رئيس الاتحاد الموريتاني للنقل في 30 أكتوبر.
  11. مدير الكتاب بوزارة الثقافة السيد جمال فوغالي في 29 أكتوبر.
  12. لمدير العام المساعد لمؤسسة البث الإذاعي و التلفزي المكلف بالشؤون التقنية سعيد بوجمادي في 28 أكتوبر
  13. لدكتورة أمينة عبد الوهاب المختصة بجراحة سرطان الثدي بمركز بيار وماري كوري 25 اكتوبر

Une sous-représentation des femmes

Comme l’illustre ce listing (du bleu partout), on recense moins de 2 invitées femmes durant près d’un mois. Cette inégalité tient au profil des invités, majoritairement des politiciens et des experts, académiques ou autres domaines où les femmes sont sous-représentées.

Cette inégalité tient à plusieurs éléments, dont la volonté d’inviter des voix connues, établies dans leur profession et élevées dans la hiérarchie, parmi lesquelles les femmes sont moins nombreuses.

Un travail de fond est à faire afin d’améliorer la représentativité des experts de sexe féminin nombreuses mais peu médiatisées. Dans une société majoritairement féminine, le choix des invités par les médias offre une vision non représentative de la société algérienne.

Même constat en France

On retrouve ce problème même en France. D’après Valérie Nataf, directrice de la rédaction LCI « La politique, l’économie, ont été pendant très longtemps une affaire d’hommes. Le vivier de ceux qui étaient autorisés à parler étaient des hommes » explique-t-elle.